L'éducation sexuelle que nous n'avions pas

Vous souvenez-vous de ce jour où le professeur a donné un cours d'éducation sexuelle ? Il le fait certainement.

Le rituel était le suivant : le pauvre professeur arrivait, annonçait la suspension temporaire des cours ordinaires et disait que ce jour-là, ils allaient parler de pénis, de vagin, de préservatifs et de pilules.

La fille, en chaleur et hormonale, a réchauffé les moteurs. Un rire là-bas, que s'il a mis un préservatif sur la banane là-bas, que s'il a dit "testicules" à haute voix, que oui jojojo, oui hahaha... Et l'agitation culminait avec une question idiote comme "Est-ce que mon sperme s'épuise si je me masturbe beaucoup?" ou "quel goût a le sperme, professeur?"... et avec le chaos général.

Sexe, petit. Éducation, aucune. Ce que nous avons appris... nous avons appris d'un magazine PRIVÉ volé, ou en devenant aveugle en regardant Canal+ crypté, ou parce qu'un collègue dans le bus/votre cousin/une personne plus âgée du quartier... vous a raconté des histoires pour que vous ne le fassiez pas dormir.

L'éducation sexuelle de notre adolescence a toujours été déficiente… ou inexistante .

nous avons un problème ( SEXUEL )

L'Espagne est au bas de l'Europe en matière d'éducation sexuelle. Ce n'est pas obligatoire en classe et les jeunes sont plantés dans leur premier rapport avec des connaissances qui viennent directement d'internet (mauvaise idée) ou du porno (terrible).

Il est temps de le réparer ? Basé sur le succès de "Sex Education", peut-être. La série Netflix (hit de la saison après "The Squid Game") a une prémisse simple : une école où les étudiants qui ont besoin de réponses sur le sexe et, quand ils ne peuvent pas les trouver, se tournent vers un camarade de classe - le fils d'un sexologue - pour la thérapie sexologique/psychologique pertinente.


Ce qui est cool avec la série, c'est que, au-delà des "problèmes" rebattus comme "tomber enceinte" ; La série porte avant tout sur l'éducation émotionnelle et l'empathie. Comprendre les codes humains qui nous guident au lit. Pour écouter notre partenaire, en savoir plus sur elle et profiter avec elle. Quelque chose d'élémentaire, d'accord, mais que tout le monde ne connaît pas à travers la science infuse.

Car rappelons-nous que les mantras que vous aviez appris avant de commencer à avoir des relations étaient du type "pas de bâillonnement, pas de pipe" ou qu'une bonne baise implique de jouir (erreur n°1) et en même temps (et j'ai même du mal à correspondre à mes chaussettes) pour réussir.

L'ÉDUCATION, C'EST D'ABORD APPRÉCIER ET PARLER PLUS

Dans la série, devant un metteur en scène répressif qui organise des causeries sexuelles plus typiques du XIXe siècle que de notre époque, un étudiant répond :

"Nous ne devrions pas avoir honte d'avoir des désirs sexuels. Vous rendez le sexe effrayant, mais ce n'est pas obligé. Cela peut être amusant, cela peut être beau et cela peut vous apprendre des choses sur vous-même et sur votre corps. Vous devriez nous apprendre à le faire en toute sécurité, pas à s'abstenir, car cela ne fonctionne pas."
Et c'est ça, quel problème n'a pas été résolu dans l'histoire en détournant le regard ? Ce n'est pas une exception. Voici quelques problèmes avec notre approche historique (abstinence ou ne pas en parler) de l'éducation sexuelle :

  1. Les grossesses non désirées chez les adolescentes augmentent . Aux États-Unis , il existe une corrélation claire entre prêcher l'abstinence et davantage de grossesses.

  2. Nous semons le terrain pour de futures relations toxiques . Oui : il est très étudié comment éduquer tôt l' évite .

  3. Cela nous rend plus préjugés . L'abstinence ou le silence impose une charge morale, un tabou sur le sexe. Il est plus facile de comprendre la diversité des préférences, des goûts et des orientations lorsqu'on les apprend dès le plus jeune âge (et non lorsqu'ils deviennent un vice pécheur et obscur).

  4. Et on en profite moins . Surtout les femmes (le clitoris continue d'être un organe aussi ignoré et mythifié que le point G et en général tout le sexe tourne autour d'elles), mais aussi les hommes : comme personne ne nous a jamais rien dit d'autre, on tend vers le bas cheval-roi au lit.

Il est difficile de profiter pleinement de quelque chose si vous ne connaissez que 10% de ce qu'il vous offre.

Il faut appeler les choses par leur nom. Pas de bananes, de concombres et de papayes... parlons juste de bites, de chattes, de vrais corps, de vrai sexe et de BAISE... sous CONDITIONS (les meilleures conditions)

Et parler ouvertement de tout (de 👏🏽 -À 👏🏽- FAIRE 👏🏽) depuis qu'ils sont petits. Parce que c'est la seule façon de se connaître, de se respecter et de comprendre le sexe non pas comme un tabou, mais comme quelque chose de naturel et de merveilleux.

C'est un combat à mener dès maintenant. Education sexuelle, matière de base et érection libre ✊

PS : pour mieux se connaître avant perro, profitez de notre Giggleberries Gel , après- shampooing et déodorant pour votre zone intime, idéal lorsque vous anticipez que vous pourrez finir la nuit en compagnie.

GIGGLEBERRIES

Gel crème hydratant et déodorant pour la zone intime. Hydrate, rafraîchit, calme et a un effet déodorant.


Siwon
Nous sommes bien cool !


Related Posts

Veraniza tu entrepierna
Veraniza tu entrepierna
Veraniza tu entrepierna 🍈🍆🍈 Con el verano en pleno apogeo, las temperaturas en su punto máximo y las capas de ropa ...
Read More
Diversidades y disidencias de la media
Diversidades y disidencias de la media
Diversidades y disidencias de la media Diversidades y disidencias de la media Estamos en junio y con él, nuestra #...
Read More
3 trucos para un summer prep. de escándalo
3 trucos para un summer prep. de escándalo
3 trucos paraun summer prep. de escándalo  3 trucos para un summer prep. de escándalo  Un bronceado envidiable, b...
Read More